Témoignages & Messages :

    GAZA juillet / aout 2014 – Etat au lundi 11 août


    12juin enlèvement de Naphtali, Eyal et Gilad retrouvés morts le 30 juin. Meurtre de Mohamed quelques heures plus tard …

     

    Opération « Gardiens de nos frères »

    À la suite de l’enlèvement de trois adolescents israéliens, le 12 juin 2014 et de la découverte de leurs corps le 30 juin, Israël accuse le Hamas et lance l’opération « Gardiens de nos frères » au cours de laquelle, elle arrête plusieurs centaines de palestiniens, essentiellement des membres du Hamas, dont des députés et le président du parlement Aziz Dweik.

    Le Hamas lance des centaines de roquettes (une dizaine le 1er juillet, quarante le 3 juillet, quatre vingt le 7,
    et cent quarante six le 8 juillet).

    Le Premier ministre Benyamin Netanyahou indique qu’« Israël ne tolèrera pas de tirs de roquettes contre ses villes ».

    L’opération débute le 8 juillet par une phase de bombardements aériens israéliens alors que le Hamas tire plus d’un millier de roquettes confinant des millions d’Israéliens dans des abris et faisant un mort civil …

    Avant tout, il convient de faire une mise au point :

    • Cette guerre de Gaza a donné lieu à une campagne propagande à l’encontre des juifs digne du temps des nazis. Le fait d’habiller et de déguiser cette propagande antisémite sous les oripeaux de l’antisionisme ne peut tromper un esprit un tant soit peu critique.
    • Nous avons tous pu constater jour après jour, combien la haine du juif augmentait au fur et à mesure que les médias déversaient quotidiennement et massivement leurs lots d’ images de destructions et surtout de femmes, de vieillards et d’enfants palestiniens atrocement mutilés, anéantis par les bombes israéliennes. (D’ailleurs, chaque JT commençait invariablement par un décompte macabre ponctué par ces paroles concernant les victimes: « pour la plupart des civils … »)
    • Ces images à répétition d’enfants martyrisés ont marqué d’un bout à l’autre du conflit cette campagne antisémite menée par les médias occidentaux, ayant pour conséquence des flambées de violences antijuives pratiquement dans le monde entier, nous en avons été les témoins. Dans les rues de France, on a de nouveau entendu: « Mort aux Juifs » ce qui n’était pas arrivé depuis l’affaire Dreyfus!
    • Comment ne pas faire la relation avec ce qui est dit en APOCALYPSE 12 / 15
      De sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve. 16 Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche.
    • Il s’agit bien d’un fleuve et des flots de mensonges qui ont été lancés sur Israël durant cette dernière guerre de Gaza. Ce n’est pas la 1ère fois qu’Israël est traitée de cette manière et ce ne sera malheureusement pas la dernière, mais ce qui est certain c’est qu’à chaque nouvelle guerre, ce fleuve verbal de haine et de mensonges lancés sur Israël devient plus fort et plus venimeux et qu’il est conçu pour engloutir ce peuple comme l’annonce ce passage de la Révélation. Ces procédés atteindront leur point culminant lors du règne de l’Antichrist et ce qui se passe aujourd’hui laisse déjà présager de ce qui se passera demain.

     

     

    LA PROPAGANDE … LE POIDS DES IMAGES …

     

     

    1. La propagande perverse des médias et autres ONG

    1. Quelques 705 journalistes de 42 pays sont venus en Israël pour couvrir spécifiquement le conflit de Gaza, selon le service-presse du gouvernement d’Israël. Les correspondants de l’opération Tsuk Eitan ont rejoint environ 750 journalistes qui sont en poste en Israël sur une base régulière.
    2. Deux tiers des équipes de médias n’ont pas rendu visite au côté israélien mais se sont rendus à Gaza via le passage d’Erez.
    3. Cela signifie que plus de 450 correspondants étaient à Gaza – et pourtant presque aucun d’entre eux n’a réussi à filmer une fusée Hamas en cours de lancement, ou même un membre du Hamas. Aucun d’entre eux n’a rapporté comment le Hamas tuait des «collaborateurs».
    4. Censurant soigneusement toute information et image montrant les djihadistes de Gaza utilisant les civils comme boucliers humains, tirant des roquettes et missiles depuis des écoles, des hôpitaux, des dispensaires, des mosquées, des centrales de pompage d’eau, des hôtels, des immeubles d’habitation, etc., les médias français se repaissent de photos de cadavres de personnes toutes présentées comme des « civils » tués à Gaza, comme le prétend le Hamas.
    5. Sans aucune réflexion ni analyse, sans informer les Français que les images provenant de Gaza sont contrôlées et filtrées par les terroristes du Hamas (sous peine de mort pour les journalistes récalcitrants), quand elles ne sont pas fausses !
    6. Dès le début du conflit, la toile est inondée de photos chocs provenant des guerres … d’Irak, du Liban, de Syrie, de Gaza année 2012. Des montages, telle cette photo d’une enfant complètement massacrée (tirée d’un film d’horreur passé au cinéma !)
    7. Autre odieux montage : la photo de la famille Fogel massacrée par des palestiniens il y a peu, et présentée comme celle de victimes des israéliens… Etc…
    8. Les médias français utilisent ces photos pour calomnier Israël et critiquer son opération antiterroriste d’autodéfense, se rendant ainsi coupables d’un crime journalistique de grande ampleur, et collaborant de facto avec une organisation  terroriste génocidaire.
    9. Autre propagande, celle des morts et des blessés, on ne voit que des images de femmes, enfants, vieillards. Où sont les combattants ? JAMAIS on ne voit d’hommes en armes comme si Israël n’avait livré cette guerre qu’à des enfants et des  femmes.
    10.  Ceci pour les images, les commentaires ne valent pas mieux. Tous condamnent et diabolisent Israël à travers des propos incendiaires qui iront alimenter l’antisémitisme explosant sur les réseaux sociaux et dans les manifestations pro-Hamas à travers le monde.

    Exemple de désinformation a gaza :
    L’hôpital Al Shifa ou la désinformation « made in Hamas » reprise par les médias
    Les 28 et 29 juillet 2014, le camp palestinien d’Al Shati et l’hôpital Al Shifa ont été les cibles de missiles faisant plusieurs victimes dont des enfants.

    Immédiatement, l’ONU, les médias, Médecins Sans Frontière et d’autres ONG ont condamné sans réserve et avec la plus grande fermeté Tsahal pour ces bombardements « injustifiables » (Ban Ki Moon). Une fois de plus et sans prendre la peine, dans ces moments tragiques et à haute intensité émotionnelle, d’enquêter un tant soit peu, de nombreux observateurs de ce conflit, tout acquis à la
    cause palestinienne, si ce n’est à celle du Hamas, ont sonné l’hallali contre Israël, Etat bourreau.

    Tsahal, prudente, n’a ni confirmé ni infirmé mais s’est engagée à enquêter. Et elle l’a fait. Et, selon son analyse, les bombardements concernés seraient ceux du Hamas dont les roquettes et les missiles, destinés aux civils israéliens, se sont lamentablement échoués sur cet hôpital et ce camp de réfugiés, faisant de nombreuses victimes civiles, surtout des femmes et des enfants.

    Puis, deux jours plus tard, après que des journalistes étrangers aient pu sortir de Gaza et s’extraire des menaces du Hamas, la version israélienne a enfin été confirmée . Ce sont bien des missiles du Hamas mal paramétrés qui se sont écrasés sur Gaza. Evidemment, il n’y aura jamais aucun démenti.

     

     

    2. Les chiffres …

    La plupart des bilans sur le nombre de victimes palestiniennes utilisés par les médias proviennent du Haut- Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, qui récupère ses informations auprès des services médicaux du Hamas et de plusieurs organisations humanitaires rassemblées sous le nom « Protection Cluster », indique la BBC.

    Pour le porte-parole de l’armée israélienne, le capitaine Eytan Buchma, le nombre de morts est également « très largement basé sur les informations données par le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas » indique encore la BBC qui note que le Hamas n’a publié aucun bilan de ses pertes et qui précise que les miliciens tués au combat sont rhabillés en civils sur le chemin de
    l’hôpital.

    Le New York Times va plus loin. En analysant les chiffres et les noms des victimes, le journal affirme que « la population qui a le plus de probabilité d’être des combattants, les hommes âgés de 20 ans à 29 ans, est aussi la plus surreprésentée dans le total des morts. Ils sont 9% des 1,7 million d’habitants de Gaza mais 34% des tués dont l’âge est donné. Dans le même temps, les femmes et les enfants de moins de 15 ans, ceux qui ne sont pas des cibles légitimes, représentent 71% de la population de Gaza et 33% des pertes dont les âges sont connus ».

    En résumé, les combattants sont comptabilisés comme des civils. D’autre part, le nombre de femmes tuées est très inférieur à celui des hommes. « Si les attaques israéliennes étaient indéterminées et touchaient autant les civils que de combattants » il est difficile d’expliquer pourquoi les israéliens ont tué beaucoup plus d’hommes civils que de femmes, explique la BBC.

    Cette étude démontre que les chiffres proposés par la Ména, une agence de Presse franco-israélienne sont compatibles avec le sexe et l’âge des morts dénombrés par l’ONU, ce sont donc les chiffres les plus proches de la réalité parmi ceux qui ont été diffusés.

    L’évaluation de la Ména , au 9 août, s’établissait de la manière suivante : le total des pertes palestiniennes s’élevait à 2 049 individus, soit 1 843 qui sont passés par les hôpitaux et les morgues officiels, et 206 miliciens, qui ont été enterrés par le Hamas dans des cimetières clandestins, afin de les soustraire au bilan et de réduire ainsi, aux yeux des Gazaouis, des Arabes et du monde, l’étendue de sa défaite. D’après Sami el Soudi, le chef de la Ména palestinienne, le nombre réel de miliciens tués lors de Barrière Protectrice est proche de 1 400, soit plus de deux tiers des morts.

    El Soudi observe que des milliers d’adolescents, à partir de l’âge de 13 ou 14 ans, qui figurent comme enfants dans les statistiques de l’ONU, ont participé à l’effort militaire des milices, notamment dans le creusement et l’entretien des tunnels, la communication et le transfert des munitions en direction des miliciens plus âgés. Le chef de la Ména palestinienne explique également
    qu’une cinquantaine de femmes qui se trouvaient au service du Hamas, dans des appartements et des maisons frappées par Tsahal, font également partie de la liste de morts.

    L’analyse des statistiques des Nations Unies apporte la preuve irréfutable que l’affirmation selon laquelle « le nombre des victimes civiles serait largement supérieur à celui des miliciens », est absolument sans fondement. Sur la base de ces conclusions, toute personne honnête retiendra que les chiffres communiqués par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme ne
    sauraient représenter la réalité, de même que ceux produits par ce que certains media appellent les « Autorités médicales de Gaza ».

    Selon des sources palestiniennes, 84% des victimes (sur pratiquement 2000) à Gaza étaient des civils. Il faut aussi préciser que dans ce décompte déjà ‘gonflé’, le Hamas comptabilise tous ceux qui sont morts dans cette période pour d’autres raisons (morts naturelles ou par accidents ou maladie, morts pour exécution, morts à cause de tirs ratés (un nombre important de missiles sont tout de même retombés à Gaza) …

    C’est cette version qui a été retenue par les medias qui tous médias confondus, ne manquaient jamais d’ajouter en faisant leur décompte quotidien de morts et de blessés: « Pour la plupart des civils … »

     

     

    3. Les tunnels

    • Qu’est ce qu’un tunnel terroriste ?
      Le Hamas a décidé de construire un réseau de tunnels souterrains dans la bande de Gaza. Il a construit deux types de tunnels : ceux utilisés dans la bande de Gaza et ceux utilisés pour infiltrer Israël.
      La première catégorie permet aux terroristes de Gaza de cacher leurs armes, leurs centres de commandement et leurs rampes de lancement de roquettes sous terre. La deuxième catégorie a, quant à elle, été construite dans le but de kidnapper et tuer les civils israéliens.
      Des tunnels ont été construits sur plusieurs kilomètres de long reliant la bande de Gaza à Israël.
    • Où le Hamas construit-il ces tunnels ?
      Le Hamas construit les tunnels depuis le coeur de la population palestinienne. La grande majorité des ouvertures des tunnels se trouve dans des maisons privées, écoles ou mosquées.
      Leurs sorties se trouvent du côté israélien, tout le long de la frontière. Lors des 4 incidents d’infiltrations terroristes au cours de l’Opération Bordure Protectrice, les terroristes ont traversé le sud de la bande de Gaza pour attaquer le kibboutz Soufa, le centre de la bande de Gaza pour attaquer le kibboutz Nahal Oz et le nord de la bande de Gaza, à 1 km de la ville de Sdérot.
    • Comment le Hamas a t-il financé ces tunnels ?
      Tandis qu’une partie de la population gazaouie aurait pu bénéficier de nouvelles infrastructures civiles, le Hamas a décidé d’investir des millions d’euros dans un seul but : construire un réseau de tunnels.
      Les tunnels sont creusés à plus de 30 mètres de profondeur, renforcés selon des procédés et techniques spéciales, transmis par l’Iran via le Hezbollah libanais. L’infrastructure sophistiquée des tunnels offre une autarcie totale de plusieurs semaines si nécessaire. Les experts estiment à 600.000 tonnes les matériaux de contrebande utilisés pour la construction du réseau souterrain à Gaza.
      Avec ces biens, le Hamas aurait pu construire des maisons, des hôpitaux, des écoles ou des bibliothèques. Mais non, il a choisi de les investir dans le terrorisme.
      L’Institut d’Etudes palestiniennes a publié un rapport détaillé sur les tunnels de Gaza. Il a indiqué que la construction de tunnels dans la bande de Gaza a provoqué un grand nombre de décès d’enfants. Au moins 160 enfants ont été tués dans les tunnels, selon des responsables du Hamas. Les enfants sont Particulièrement prisés pour leur agilité dans ce genre de fouilles souterraines et ne coûtent pas cher.
      32 tunnels de ce type ont été détruits par Tsahal au 8 août 2014. Prix d’un tunnel: 2,2 millions $ = 350 camions de matériaux de construction.

     

     

    4. Les « Roquettes du Hamas »

    • La nouvelle gamme de fusée Khaibar-1 M302, d’une longue portée est capable de cibler une grande partie de la population israélienne.
      La fusée M-302 est une munition de fabrication syrienne qui peut lancer une ogive de 375 livres jusqu’à 180 kms. Selon les rapports des médias israéliens, le modèle intercepté le 6 Mars 2014 était un A302, qui mesure cinq mètres de long et d’un poids total de 500 kg. Il a une portée de 90 kilomètres et transporte une ogive de 170 kg.
      Le Hamas disposait au début de cette guerre d’environ 10 000 fusées de tous types.
      Depuis le 8 juillet dernier, date du lancement de l’opération Bordure protectrice jusqu’au 8 août, ~3500 roquettes et missiles ont été tirés depuis la bande de Gaza sur Israël. 116 roquettes ont explosé dans des zones d’habitations civiles. Dôme de fer a intercepté 578 roquettes et missiles.
    • Le Hamas a caché des roquettes dans des mosquées, des écoles, des dispensaires, des hôpitaux et autres bâtiments protégés, au détriment des règles internationales de la guerre.
      L’UNRWA, l’agence des Nations Unies spécialisée dans l’entretien des Palestiniens a déclaré avoir découvert (à 3 reprises) des roquettes cachées dans des écoles gérées par l’agence.
    • Les centaines de rampes de lancement ont été placées dans les lieux les plus densément peuplés. Les journalistes sur place qui se taisaient à ce sujet à cause des menaces et pressions qu’ils subissaient, en ont témoigné par la suite.
      La stratégie du Hamas était simple. Faire en sorte que les israéliens ne puissent pas tenter de détruire ces fusées sans entraîner un nombre important de victimes dans la population civile, et faire ainsi accuser Israël de génocide et de crimes de guerre …

     

     

    5. Les boucliers humains

    Les Palestiniens ordinaires dans la bande de Gaza sont pris entre le marteau et l’enclume.
    Le Hamas a utilisé les Gazaouis ordinaires comme boucliers humains, et a stocké et tiré des missiles et roquettes depuis des zones résidentielles.
    Le Hamas espérait qu’Israël, à la suite du rapport Goldstone, s’abstiendrait de bombarder ou d’attaquer les militants du Hamas entourés par des civils, en particulier les femmes et les enfants.
    Le Hamas supposait également que si Tsahal persistait avec ses frappes et tue ses militants, même au détriment de ce que Tsahal appelle des «dommages collatéraux», le Hamas via les médias du monde pourrait au moins gagner les coeurs et les esprits de l’opinion publique mondiale, en particulier le soutien des musulmans ordinaires partout dans le monde.
    En déployant ses militants dans les écoles, les maisons, les hôpitaux et les écoles maternelles, le Hamas commet des crimes de guerre en sachant qu’il y a une forte probabilité qu’Israël bombarde ces sites et qu’a priori, des citoyens innocents meurent.
    Ce que les médias ne vous diront pas, comment le Hamas se sert des handicapés comme chair à canon …

    GAZAjuillet2014_2

     

    Dans l’islam, avoir une fille qui couche sans être mariée, ou avoir un frère handicapé mental, est synonyme de honte pour la famille. Deux raisons pour lesquelles des dizaines de palestiniens sont tués tous les ans, dans ce que cette religion appelle, de manière scandaleuse, des « crimes d’honneurs »… Des crimes qui, par ailleurs, ne sont pas punis par la loi palestinienne.

    Pour permettre aux familles de mieux se débarrasser de leurs handicapés mentaux, le Hamas innove dans l’immonde: il attache ces personnes avec des chaînes dans des lieux de stockage d’armes… Là où Israël va frapper et où l’envoyée spéciale de BFM TV ira pleurer de nouvelles pertes civiles !

    Heureusement pour ces personnes, en apprenant la nouvelle, Israël a annulé une frappe aérienne et a envoyé des commandos dans une salle de prière qui servait aussi de stock d’armes. Les handicapés mentaux ont été détachés, nourris, des soins ont été donnés par les soldats israéliens… Mais il est peu probable que les terroristes du Hamas gardent ces handicapés en vie après le départ des soldats.

     
    6. Malheur à ceux qui manifestent …

    Au lendemain de la trêve, les Palestiniens sont sortis dans les rues de le quartier Shaja’iya pour se plaindre et protester contre les destructions et ils ont accusé le Hamas de la détérioration de la situation.
    Les hommes du Hamas, en ont rassemblés une vingtaine, les ont accusés d’être des collaborateurs d’Israël et leur ont envoyé une balle dans la tête !De même des dizaines de résidents de l’hôpital al Shifa ont protesté contre l’organisation terroriste: les policiers du Hamas ont alors fait sortir certains manifestants pour les exécuter sur place.

     

     

    7. Importance et rôle du dôme de fer

    Le système est conçu pour détruire les roquettes dans un rayon de 4 à 70 kilomètres. Selon son fabricant, le Dôme de fer est opérationnel de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques, et il est capable de faire face à des attaques simultanées et nombreuses.

    Le Dôme de fer est composé de trois éléments principaux :

    a. Un radar tridimensionnel à balayage électronique de détection et de pistage : ce radar est capable, selon son constructeur, de localiser un missile tiré à plus de 100 km et suivre 200 cibles par minute3 ;
    b. Un ordinateur de gestion de bataille et d’armement
    c. Un lance missiles : le système lance le missile intercepteur Tamir, équipé de capteurs et de 20 missiles d’interception

    Comment fonctionne t-il ?

    Le radar détecte les lancements de roquettes, calcule leurs trajectoires, envoie les informations à l’ordinateur central, qui les utilise pour déterminer la localisation de l’impact. Si le projectile constitue une menace, notamment s’il se dirige vers une zone peuplée, un missile d’interception est alors lancé depuis un des trois lanceurs contenant 20 engins composant la batterie de missiles sol-air par un tireur.

    600 missiles qui auraient dû tomber en zone urbaine ont été interceptés par le dôme de fer…

     

     

    8. Approvisionnement de Gaza

    Pendant l’opération, Tsahal a transféré vers la bande de Gaza 1491 camions transportant de la nourriture, 220 camions chargés d’équipement humanitaire et 106 de matériel médical. Le matériel médical incluait notamment 3000 doses de sang de Palestiniens de Cisjordanie, transférées à Gaza, qui ont été refusées au début de l’opération par le Hamas au motif qu’elles étaient transportées via Israël.
    Les livraisons de fuel, gaz … ont également continué pendant ce temps et autant que la sécurité le permettait. A cela on peut aussi ajouter l’hôpital de campagne dressé par Tsahal en bordure de Gaza, pour les blessés gazaouis, et que le Hamas a bombardé!

     

     

    LES MIRACLES …

    D’après des sources militaires, le Hamas avait prévu un attentat à grande échelle, en mobilisant plusieurs centaines de terroristes, transitant par chacun des 40 tunnels « d’attaque », qui débouchent en territoire israélien par des points différents, pour le Nouvel an Juif, Roch Hashana 5775, soit les 24/25 septembre 2014.

    D’après les rares informations qui filtrent des interrogatoires menés par le Shin Bet et le renseignement militaire israélien (AMAN), le réseau de tunnels souterrain « d’attaque », on apprend que l’un des projets du Hamas prévoyait (et prévoit peut-être encore, à moins que la mission de destruction soit complète) d’envoyer des centaines de terroristes débouchant en territoire israélien, pour y mener un massacre à grande échelle, à une date symbolique tout-à-fait significative, du Nouvel An Juif.

     Un soldat qui combattait dans Gaza et est sorti avec son unité pour se reposer est arrivé a la Yeshiva de mon beau-frère, et raconta :
    Pendant les combats à Gaza nous avions arrêté quelques terroristes pour obtenir des informations sur les actions du Hamas.
    Mes amis et moi avons questionné l’un des terroristes
    Si vous avez tant de tunnels à l’intérieur d’Israël à 25 mètres sous terre arrivant jusqu’à Beer Sheva … Pourquoi jusqu’à présent ne les aviez vous pas utilisé pour des attaques tel que kidnapper et tuer des civils israéliens ?

    Le terroriste nous a dit :

    Cela fait 12 ans que nous construisons les tunnels et nous avions pris le temps pour être prêts.
    Nous nous étions fixés d’attaquer au Nouvel An juif, spécialement à ce Rosh Hashana vu que la plupart des soldats sont libérés pour la fête, qu’il n’y a pas de garde renforcée, et que ce sont deux jours de célébration. Tout le Hamas devait sortir en Israël par les tunnels que nous avons construits pendant plus de 12 ans et pour conquérir Israël.
    A partir de chaque tunnel sortiraient 20 à 30 hommes armés qui prendraient en otage des civils que nous disperserions dans les tunnels et dans Gaza afin qu’Israël ne puisse pas bombarder les tunnels ni Gaza à cause des civils emprisonnés, et de cette manière nous aurions pu conquérir la région et tuer les sionistes.
    Cela fait 12 ans que nous planifions cela et cela était censé se produire dans près de deux mois à Rosh Hashana 2014 !
    Votre opération vous a sauvés et a brisé tout notre plan.

    C’est ce qu’a raconté le terroriste de Gaza au soldat.

     « Leur Dieu change le chemin de nos fusées dans les airs, a déclaré un terroriste, » C’était le titre de l’édition du 18 Juillet du Jewish Telegraph.
    Il s’agissait d’une citation partielle de Barbara Ordman, qui vit à Maale Adumim en Judée Samarie.
    On avait demandé à l’un des terroristes de la bande de Gaza pourquoi ils n’arrivaient pas à viser plus efficacement avec leurs fusées? Il répondit : «  Nous visons bien avec nos missiles, mais leur Dieu change leur chemin dans les airs … »

     Témoignage :
    Dimanche, Jeremie D., l’un des commandants du « Dôme de fer », m’a appelé. C’était mon élève il y a environ six ans. J’étais content qu’il appelle. « Où pouvons-nous étudier la Torah à Ramat Gan ? », demanda-t-il, et je me demandais ce qu’il s’était passé car il était très loin de la pratique de la Torah et des Mitsvot.

    « Je vais être libéré dans quelques mois, et je veux commencer à étudier dans une Yéchiva. J’ai vu D.ieu de mes propres yeux ! », dit-il, ni plus ni moins.

    Je lui ai alors demandé ce qu’il s’était passé.
    « Un missile est sorti de Gaza. Grâce au « dôme de fer » et ses calculs précis, nous savions où le missile allait tomber dans un rayon de 200 mètres.

    Ce missile allait atterrir sur les grandes Tours Azrieli, sur le campus, ou sur les voix ferrées.
    Comment peut-on ne pas faire attention à cela, des centaines de personnes peuvent perdre la vie !
    Nous envoyons un premier missile d’interception, manqué. Un deuxième missile, manqué, un troisième – manqué.

    Cela se produit très rarement. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a eu que deux cas comme ça. J’étais sous le choc. Il nous restait quatre secondes avant qu’il n’y ait plus de chemin de retour et que le missile tombe. Nous avions déjà prévenu les services d’urgence – Maguen David Adom, la Police et les pompiers d’aller sur place. La procédure d’urgence d’attentat massive avait été activée », racontait il sans s’interrompre pendant que j’écoutais.

    « Tout à coup, sans aucune planification préalable du système « Dôme de fer » (qui calcule les rafales de vent possibles etc.), un vent d’est est arrivé – un vent fort dont nous n’avons pas la moindre idée d’où il venait, et a renvoyé le missile vers l’ouest, dans la mer. Nous étions tous sous le choc. Je me suis levé et j’ai crié : « Il y a un D.ieu !! Il y a un D.ieu !! Il y a un D.ieu !! « 

    « J’ai vu ce miracle de mes propres yeux. On ne me l’a pas raconté, on ne me l’a pas rapporté. J’ai vu la main de Dieu taper dans le missile vers la mer ! Bien évidemment, cela n’a pas été rapporté pour des questions de sécurité; (c’est pour cela que la date n’est pas mentionnée), mais il est suffisant de voir les miracles que l’on peut voir avec ses yeux dans des terrains construits pour
    comprendre qu’il y a un D.ieu », dit-il. « J’ai couru chez l’un des soldats religieux, et j’ai demandé de mettre les Téfilines. »

    « J’ai pris sur moi de commencer à respecter le Chabbath, et c’était le meilleur Chabbath que j’ai eu jusqu’à aujourd’hui, a-t-il raconté.

     

    Autre témoignage …

    Le commandant colonel Ofer Winter de corps d’élite Givati, raconte qu’il « a vécu quelque chose qu’il n’avait jamais connu auparavant au cours de sa carrière militaire. »

    Winter a indiqué que lors d’une mission avant l’aube ayant l’intention d’utiliser l’obscurité pour se protéger, cette mission avait été retardée, obligeant les soldats à se déplacer vers leur objectif alors que le lever du soleil approchait.

    Avec la lumière du jour, ses troupes se trouvèrent exposées et en danger d’être repérées. Le colonel Winter a expliqué qu’à ce moment là, un épais brouillard est descendu rapidement et a enveloppé la troupe jusqu’à ce que leur mission soit accomplie.

    « Tout à coup, une nuée nous a protégés », a t-il dit, se référant à la Bible qui parle de la Nuée guidant ²les anciens Israélites comme ils erraient dans le désert. « La Nuée de gloire. »
    Winter a déclaré que ce n’est que lorsque les soldats se retrouvèrent dans une position de sécurité, que le brouillard s’est finalement levé.
    «C’était vraiment un accomplissement du verset« Car le Seigneur, ton Dieu, est celui qui marche avec vous pour vous donner la victoire, » a t -il dit, citant Deutéronome 20: 4 .

    Ce même Ofer Winter quelques jours auparavant avait réuni ses soldats avant la bataille et leur avait délivré ce message:
    

    Chers officiers et soldats, 

    Nous avons le grand mérite de commander et de servir au sein de la brigade Guivati à cette heure.

    L’Histoire nous a choisi pour faire partie de ceux qui sont en première ligne de ce combat contre l’ennemi terroriste et insolent de Gaza qui insulte le Dieu des Armées d’Israël (allusion au passage biblique du livre de Samuel ou on annonce à David que Goliath insulte Dieu).

    Nous nous sommes préparés à ce moment et nous acceptons notre mission avec humilité, et sommes prêts à nous mettre en danger et à donner notre vie pour défendre nos familles, notre peuple et notre patrie.

    Nous agirons ensemble avec fermeté et puissance, initiative et intelligence. Nous chercherons le contact avec l’ennemi. Nous ferons tout pour remplir notre mission afin d’annihiler l’ennemi et de retirer sa menace du peuple d’Israël. […]

    Je compte sur vous, sur chacun d’entre vous, pour que vous agissiez dans cet esprit, l’esprit de soldats israéliens qui se tiennent en éclaireurs devant le peuple […]

    Je lève mes yeux vers le Ciel et prie avec vous « Chema Israël, Hachem Elokenou Hachem E’had ».
    Hachem, Dieu d’Israël, aide nous dans notre chemin, et fais nous réussir, car nous nous tenons ici pour nous battre en faveur de ton peuple, Israël, contre l’ennemi qui insulte Ton Nom.

    Au nom des soldats d’Israël, et en particulier ceux de cette brigade et ses officiers, Fais en sorte que s’accomplisse le verset: « Car l’Eternel votre Dieu marche avec vous pour combattre pour vous vos ennemis et vous délivrer ». Amen.

    Colonel Ofer Winter, commandant de la brigade Guivati.

     

    Pasteur G.J.